Sa passion pour l'électricité

La passion de Henri Tudor pour l’électricité lui vient probablement de son professeur de physique Ernest Rousseau, mais aussi de son cousin Nikolaus Josef Schalkenbach. Les innovations en matière d’électrotechnique et l’exposition internationale d’électricité à Paris en 1881 pourraient avoir renforcé cette passion, bien qu’il n’existe pour le moment pas de documents prouvant qu’Henri Tudor se soit rendu à cette exposition.

 

De retour à Rosport, Henri s’associe avec son frère Hubert et son cousin Nikolaus pour s’adonner à des expériences en matière d’électricité : il invente son électrode à grande surface et l'utilise pour modifier les accumulateurs existants. L'accumulateur devient ainsi pour la première fois utilisable d’un point de vue technique et économique.

 

En 1891, Henri Tudor épouse Marie-Madeleine Pescatore avec qui il aura trois enfants : Anne, Marie-Antoinette et John. La résidence qu’il fait construire par sa famille non loin de l’Irminenhof sera appelée d’neit Schlass par les habitants de Rosport à cause de sa taille et de son style anglais.

 

Henri Tudor décède en 1928 des

suites d’une intoxication au plomb

consécutive à ses divers travaux.

 HENRI TUDOR

En septembre 1859, Henri Owen Tudor, le cadet de trois frères naît au domaine agricole du Diesburg près de Ferschweiler (D). Ses premières années, il les passe avec ses parents à Macquenoise (B).

 

Comme ses deux frères, Henri Tudor fait ses études au Collège de Chimay. Il y reste même en internat lorsque ses parents décident de rentrer dans leur village luxembourgeois d’origine. Ses études universitaires, Henri les fait à l’Ecole Polytechnique de l’Université  de Bruxelles d’où il sort à 24 ans avec un diplôme d’ingénieur civil.

Les travaux d’Henri Tudor  • • •

La vie d’Henri Tudor  • • •

Ses origines familiales